Le gouvernement MR-CDH veut supprimer les Provinces

 

Suite à l’article paru dans le journal « L’Echo » ci dessous, l’IRW CGSP a réagit

La der des ders pour les élections provinciales en Wallonie

En phase de démantèlement, les 5 provinces wallonnes vivent probablement leur dernier scrutin électoral ce dimanche.
Sous le feu depuis de nombreuses années, critiquées, vouées à disparaître pour certains ou, comme le souhaite l’actuel gouvernement wallon MR-cdH, à être solidement réformées, voire vidées de leur substance, les 5 provinces wallonnes vivent probablement un dernier scrutin avant un big bang.
La transformation va s’opérer à différents niveaux. Sur le front institutionnel, leur avenir semble plié. « On va supprimer le conseil provincial. Ce sera ainsi la fin des mandataires politiques dans les provinces », explique le cabinet de la ministre des Pouvoirs locaux Valérie De Bue (MR) dont le texte de la réforme doit être déposé sur la table du gouvernement wallon d’ici la fin du mois d’octobre.
Dernier scrutin.
C’est véritablement un tournant car en faisant disparaître les élus du champ provincial, l’exécutif wallon supprimera de facto les élections provinciales. Résultat, le citoyen wallon votera pour un dernier scrutin provincial ce dimanche…
Cette étape franchie, la question est de savoir ce qu’il adviendra des compétences provinciales! Car à elles 5, les provinces gèrent une manne financière de près de 900 millionsd’euros (sans le traitement des salaires des enseignants pour lesquels les provinces reçoivent une dotation de la Fédération Wallonie-Bruxelles). Sans surprise, le gros de ces dépenses (34%) finance l’enseignement provincial. Sur le front de l’emploi, elles occupent 10.929 équivalents temps plein. « Cela représente entre 16 et 17.000 personnes physiques », pointe une récente étude commandée par l’Association des provinces wallonnes (APW).
La piste qui est étudiée par le gouvernement parle d’un glissement d’une série de compétences provinciales au profit d’un socle supracommunal financé par la Région wallonne. Un peu à l’image d’une intercommunale – « mais sans mandataires politiques » insiste le cabinet De Bue – ce socle supracommunal permettra à plusieurs communes de dégager des synergies sur une série de compétences comme par exemple des infrastructures lourdes comme des écoles ou des piscines. D’autres compétences seront aussi reprises par la Région.
D’un point de vue opérationnel, cette double opération ne suscite pas trop d’inquiétudes. « Un simple vote à la majorité simple au Parlement suffit pour y arriver », souligne le cabinet De Bue qui précise que la mise en oeuvre sera progressive et n’aura pas d’impact sur l’emploi.
L’enseignement dans l’impasse.
La seule véritable inconnue concerne l’avenir des matières qui relèvent de la Communauté française comme l’enseignement provincial. « Il faut une majorité spéciale que nous n’avons pas à l’heure actuelle ». Il s’agit actuellement d’une impasse qui, sans un accord politique avec l’opposition, empêche la majorité MR-cdh d’accomplir un basculement total.

FRANÇOIS-XAVIER LEFÈVRE

 

Source : L’Echo
Source : IRW CGSP