La grève, lancée par la CGSP seule ce 10 octobre, fut un succès. Elle prouve que le mouvement initié est juste et nécessaire.

Il fallait oser partir seul. Il fallait oser décréter, immédiatement, 24 heures de grève. Il fallait oser démarrer les premiers. Mais, Camarades, grâce à vous, à votre esprit combatif et à votre solidarité, ces paris ont été gagnants.

Bien sûr, un jour de grève ne sera jamais suffisant pour faire reculer un tel gouvernement, mais la réussite du 10 octobre était la condition nécessaire pour poursuivre le combat. Il fallait se compter, il fallait évaluer notre détermination avant d’élaborer un second et véritable plan d’actions. Les choses sont maintenant claires : nous sommes nombreux et déterminés !

Camarades, l’important maintenant est d’amplifier la mobilisation en vue des actions futures. Continuons à aller à la rencontre de nos collègues, parents et amis pour leur faire comprendre que nous sommes tous concernés par les mesures du Gouvernement et que c’est ensemble que nous pourrons y arriver. Refusons donc de céder au fatalisme, à l’individualisme et au défaitisme mais au contraire affirmons clairement que seuls les combats qui ne sont pas menés sont perdus et que notre capacité à faire bouger les choses est proportionnelle à notre faculté à nous réunir, nous serrer les coudes et être solidaires !

En donnant la preuve qu’il existe quelque chose qui vaille la peine d’être défendu. En mettant en avant notre volonté, notre courage et notre solidarité.

En prouvant qu’il y en a toujours qui résistent.

Par le seul fait d’exister, un mouvement de lutte est déjà une victoire

Une victoire contre l’individualisme, le laisser-faire, le défaitisme, mais d’abord et avant tout une victoire par le fait que nous reconquérons la dignité de ceux qui osent !

Camarades, certains vont tenter de jeter le discrédit sur nos actions. Ils osent déjà parler de « grève politique ». À ceux-là nous leur disons que oui il s’agit d’une grève politique car toute grève est politique. C’est faire de la politique que d’avoir un projet de société et le défendre. Revendiquer une autre redistribution des richesses, des services publics socialement efficaces, une sécurité sociale forte financée par les cotisations sociales et une fiscalité juste, ce sont là des revendications politiques et nous devons être fiers de porter un tel projet ! C’est pour ces rai- sons que nous nous opposons à toutes mesures de régression sociale, et cela quels que soient les partis au pouvoir.

Enfin, il faut remercier l’ensemble des Camarades du privé qui nous ont rejoints le 10 octobre. Par leur présence massive et leur soutien, ils ont participé à la réussite de cette journée ; gageons qu’il s’agissait là également d’un premier élan vers un plan d’actions interprofessionnel cohérent et structuré.

Le 10 était une première étape, d’autres nous attendent prochainement. Retroussons nos manches et relevons la tête car nous pouvons être fiers de ce que nous faisons !

Laurent Pirnay                                                                                                   Patrick Lebrun

Secrétaire général adjoint de l’IRW-CGSP                                                       Secrétaire général de l’IRW-CGSP