Pourquoi je suis en grève le 10 octobre ?

A l’heure j’écris ce texte, la FGTB wallonne vient de faire sa rentrée politique et réclame que si une majorité alternative des gauches (PS-PTB-Ecolo) est possible en 2019, ces 3 partis ne peuvent passer à côté de cette belle opportunité de mettre un terme aux politiques d’austérité et de droite, voire extrême droite pour le fédéral, et ce, pour quelque raison que ce soit !

Ces trois partis ne peuvent pour des raisons diverses laisser la droite minoritaire en Wallonie continuer à gérer celle-ci, ainsi que le pays, car ils ne sont pas représentatifs des électeurs wallons.

Il n’aura pas fallu attendre 24h pour que la réplique de la droite s’annonce par la voix du nouveau « Sinistre-Président » Willy Borsus en personne, affirmant que les actions annoncées en septembre et octobre par la CGSP avaient donc pour objectif des raisons politiques électoralistes.

Nous ne faisons pas de la politique politicienne, comme ils l’entendent. Mais il est clair que nos actions ont toujours eu un aspect politique, sachant que nos employeurs sont des femmes et des hommes politiques et que leurs décisions ont un impact direct sur les agents que nous sommes et indirectement sur les citoyens que nous sommes également.

Nos actions et notre grève du 10 octobre ont pour but de faire infléchir les politiques que les Gouvernements fédéral et wallon veulent mettre en place.

Voici donc les véritables raisons de notre grève du 10 octobre :

  • L’avant-projet de loi concernant la non-prise en compte des années de services prestées en tant qu’agent contractuel dans le calcul de la pension publique (pension/carrière mixte) ;
  • La réforme de la pension pour inaptitude physique dans la fonction publique et la remise en cause des contingents annuels maladie ;
  • Le projet d’arrêté royal modifiant le système d’interruption de carrière en ce qui concerne le secteur public ;
  • La volonté de mettre en place un service minimum à la SNCB, au TEC et dans les prisons avec pour ces derniers une procédure de réquisition ;
  • La non- volonté de reconnaissances de nos métiers en tant que métiers pénibles afin de compenser le recul de départ à la pension ;
  • La volonté de faire entrer l’intérim dans la fonction publique wallonne ;

Mais aussi :

  • Les politiques d’austérité au fédéral et au wallon ;
  • Les politiques fachistes de rafles dans le parc Maximilien et la gare du nord ;
  • La collaboration des ministres MR avec des petits nazillons, particulièrement le « selfie Jeholet » qui préfère se prendre en photo avec Franken plutôt que dénoncer ses actes ;
  • Le refus de mettre en place une fiscalité juste afin de lutter efficacement contre l’injustice fiscale qui mène à accroitre les inégalités sociales entre les classes ; car la lutte des classes est plus actuelle que jamais ! ;

Car, qu’ils ne se trompent pas, c’est surtout un modèle social que nous défendons. Celui qui vise à émanciper les travailleurs, à accueillir et aider les plus faibles et à répartir le plus équitablement possible les richesses qui sont produites dans ce pays par, entre-autres, des services publics forts.

Voilà les raisons qui nous mènent à bloquer les services publics de ce pays le 10 octobre et qui nous mèneront à poursuivre nos actions dans les jours et semaines qui suivront.

Je suis en grève le 10 octobre et fier de l’être !

 

Olivier Nyssen

Secrétaire général