Les policiers sont-ils mis en danger par une directive du procureur général de Liège ?

Les Policiers sont-ils mis en danger par une circulaire du Procureur Général De Valckeneer et du Procureur du Roi de Liège concernant l’usage de la contrainte par un fonctionnaire de Police conséquence de la traduction d’un arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme. Les deux circulaires ont d’ailleurs été examinées et débattues lors du Comité de Négociation des Services de Police qui s’est tenu le 01 décembre 2016.

Sans remettre en cause le bien-fondé de l’arrêt de la Cour Européenne des Droits de l’Homme, nous mettons en exergue les risques professionnels et les conséquences graves que pourraient engendrer les circulaires émises à Liège pour les Fonctionnaires de Police.
La situation crée un grand émoi dans le milieu policier car il a été formé spécifiquement pour défendre les valeurs démocratiques mais aujourd’hui sa sphère de travail est en danger.
Le Policier travaille quotidiennement sur base des diverses législations qui sont le moteur de son action et pour ce faire, il a reçu une formation spécifique pour faire face à de nombreuses situations qui peuvent s’avérer dangereuses voir extrêmement dangereuses. De plus, le fonctionnaire de police est aussi évalué annuellement en maîtrise de la violence avec ou sans arme à feu pour faire face aux réalités de terrain.
Après diverses interpellations, nous avons appris la préparation d’une COL ( directives ) émanant des Procureurs Généraux visant l’usage d’une arme à feu par un fonctionnaire de Police en service, ce qui est différent de la circulaire liégeoise qui parle bien d’usage de la contrainte !

Nous avons attiré l’attention du Ministre de l’Intérieur et du Ministre de la Justice sur le risque encouru par les policiers et sur la différence de vocable entre le Collège des Procureurs Généraux et le Procureur Général de Liège.
Nous avons réaffirmé qu’il était tout à fait INADMISSIBLE et INACCEPTABLE que l’on force ou que l’on invite fermement le Policier a renoncé à ses droits sous prétexte de le privé de liberté pour une audition en Salduz.
Par ailleurs, nous avons appris que le Collège des Procureurs Généraux refuse d’établir une nouvelle COL visant à protéger les policiers victimes de violences dans l’exercice de leur fonction.

Pour le Front Commun Syndical
Eddy QUAINO
Mandataire Permanent Police
CGSP Admi

161207-greve-police-de-liege