Grève générale du 24 juin: de grosses perturbations de mobilité sont à prévoir

e déplacer sereinement dans le pays risque d’être compliqué suite à l’appel à la grève générale lancé par la FGTB et son pendant néerlandophone. Si les syndicats chrétien et libéral n’ont pas rejoint le mouvement, de fortes perturbations sont à prévoir. Tour d’horizon.

Fonction publique

De leur côté, administrations et ministères seront largement en grève. Pour vos démarches administratives, vous devrez probablement vous armer de patience. Ou repasser la semaine prochaine. Évidemment, en ce qui concerne les services communaux, les actions dépendront d’une commune à l’autre. « Localement, il pourrait y avoir des piquets devant les administrations, explique Martine Ugolini, présidente de la CGSP Admi. Mais chaque secteur, et chaque régionale dispose d’une certaine autonomie dans l’organisation du mouvement. Ce qui rend particulièrement difficile de connaître l’impact du mouvement avant vendredi ».

SNCB

« La circulation des trains risque d’être fortement perturbée ce vendredi en raison de l’appel à la grève générale de la FGTB », explique Thierry Ney, porte-parole de la SNCB. La grève débutera ce jeudi dès 22 heures et le trafic ferroviaire devrait reprendre normalement au petit matin du 25 juin. « On ne peut pas encore prévoir l’ampleur de la participation du personnel à la grève ». Il est encore trop tôt pour parler de blocage pur et simple. Il faudra attendre ce vendredi pour pouvoir estimer la mobilisation syndicale. Le groupe conseille toutefois aux navetteurs de prévoir un moyen de locomotion alternatif si cela s’avère possible « et ne pas compter uniquement sur les trains pour leurs déplacements ».

STIB

Les transports publics bruxellois espèrent que la paralysie ne sera pas totale sur son réseau : « Il y aura de fortes perturbations, mais je n’ai pas de boule de cristal, explique Françoise Ledune, porte-parole de la société bruxelloise. « Le suivi de la grève n’est pas toujours comparable lors des différentes actions. Lors de la dernière journée de grève, le réseau de métro avait par exemple pu circuler. Cela dépend donc du nombre de conducteurs qui feront grève ». Dans ce secteur, la CSC, syndicat chrétien a annoncé sa participation au front commun. La stib espère toutefois limiter les perturbations et faire circuler ses véhicules sur le réseau structurant. « Ce n’est que vendredi matin que nous pourrons savoir quelles lignes pourront être opérationnelles, en fonction des travailleurs présents ». Ici encore, on conseille aux usagers de consulter les informations mises à disposition sur les réseaux sociaux.

TEC

Du côté des transports publics wallons, le constat est le même. Même si l’on se doute que certains « spots » seront plus problématiques que d’autres.« C’est notamment le cas des régions liégeoise et carolo, où l’on imagine que la mobilisation sera plus importante que dans d’autres régions comme le Luxembourg ou certaines zones du Brabant Wallon », explique Stéphane Thiery, porte-parole des Tec.

Aéroports

A Zaventem, on estime qu’il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les perturbations. « Nous espérons en apprendre plus ce jeudi pour conseiller au mieux nos voyageurs et leur donner les recommandations d’usage s’il s’avère que le mouvement devait toucher brussels airport », explique sa porte-parole. A Liège, le syndicat promet le blocage de l’aéroport alors que celui de Charleroi conseille à ses voyageurs de prendre leurs dispositions et de venir 3h avant le départ de leur avion.

Routes

En théorie, aucune action bloquante n’est prévue mais les grévistes pourront, çà et là, mettre en place des barrages filtrants avec distribution de tracts. Ce sera notamment le cas lors d’une action commune avec la CGT française au poste frontière d’Hensies/Crespin en région montoise.

Crèches et écoles

Des crèches seront fermées. Pour les écoles, les professeurs en grève n’assisteront pas aux délibérations des examens. Cependant, un encadrement minimal sera assuré pour les élèves.

Les écoles en revanche ne devraient pas être trop impactées. « Les élèves du secondaire ont terminé leurs examens, explique Pascal Chardome, secrétaire général de la CGSP enseignement. Dans la plupart des établissements la journée de vendredi était consacrée aux délibés. Et souvent, ces délibérations ont été soit avancées, soit repoussées ». Dans le primaire, la journée devrait également être calme, même s’il est possible que des excursions soient annulées. Les enfants seront pris en charge, même si les cours ne seront pas assurés.

Hôpitaux

Les hôpitaux assureront un service de week-end pour le 24 juin. Si des points de rendez-vous locaux ont été mis en place de-ci de-là, aucune manifestation nationale n’est prévue.