Le rail roule et le courrier coince.

Lundi, les trains rouleront. Par contre, chez bpost, ça débraiera. Tandis qu’une grève tournante démarre en province de Liège. Dans les prisons, c’est confus.

Quoi de neuf sur le front social wallon? Répit d’un côté, démarrage de l’autre, tensions ailleurs.

1. Rail Après une trêve bienvenue pour les usagers des chemins de fer, on craignait à nouveau la paralysie du rail à partir de dimanche soir: les négociations du comité de coordination, de jeudi soir, entre les syndicats et les directions de la SNCB, d’Infrabel et de HR Rail n’avaient pas débouché sur une solution.

Mais vendredi en fin de matinée, Michel Abdissi, président de la CGSP Cheminots, annonçait à la sortie du bureau exécutif: «Nous sommes arrivés à un consensus qui est celui de ne pas appeler à la grève. Nous tendons une dernière fois la main à la direction pour trouver une solution et sortir de cette impasse. Nous voulons prouver que nous ne sommes pas des preneurs d’otages comme le prétendent certains.»

Tout le monde s’est revu vendredi après-midi et la hache de guerre est restée enterrée. Les différentes parties ont fixé l’agenda des négociations pour la semaine prochaine avec vendredi comme date butoir.

2. Grève tournante Pour rappel, lundi débute la grève tournante (CGSP Admi) dans les services publics. On commence par la province de Liège. Piquets de grève, arrêts de travail et actions risquent de perturber les administrations communales, les CPAS, la police, le Forem, l’ONEM les intercommunales (hôpitaux, traitement des déchets…), etc. Après Liège, ce sera le Luxembourg le 14 juin, la province de Namur et du Brabant wallon le 15 juin et la province du Hainaut le 20 juin. À noter que les intercommunales de déchets ont annoncé la reprise du travail dès aujourd’hui.

3. Prisons La situation est plus confuse. À Leuze-en-Hainaut et à Saint-Gilles, le travail a repris. Du côté de Nivelles, le travail redémarre lundi tandis qu’à Dinant, c’est prévu pour mercredi. À Arlon, 40% des agents travaillent, les autres ont décidé de poursuivre la grève jusqu’à mardi matin. Les gardiens de la prison de Tournai comptaient reprendre le boulot mais finalement, ce n’est pas le cas. Pour le noyau dur (Lantin, Namur et Andenne), la poursuite de la grève est acquise. À Jamioulx, on y a formulé une contre-proposition qui sera déposée lundi.